Se former aux métiers du numérique en mobilisant son CPF

Publié le 20/09/2021

Dans le cadre du plan #France Relance, l’État a décidé de mettre en œuvre une politique d’abondement en droits complémentaires dans le cadre du Compte personnel de formation (CPF), mobilisable grâce à l’application « Mon Compte Formation ».

Quelles formations sont concernées par l’abondement ?

La règle d’abondement définie s’adresse à tout titulaire d’un CPF (salarié, demandeur d’emploi, travailleur indépendant, etc.) pour une formation du domaine du numérique (exemples : développeur web, créateur et administrateur d’un site internet, technicien d’assistance en informatique, etc.).

Comment vérifier si on a droit à cet abondement ?

La personne doit être titulaire d’un compte sur le site ou l’application « Mon Compte Formation » et avoir un solde formation positif avant la recherche de formation.
Si elle recherche une formation dans le domaine du numérique (exemples : développeur web, créateur et administrateur d’un site internet, technicien d’assistance en informatique…), l’aide financière de l’État lui sera automatiquement proposée. L’abondement est déclenché si le solde du compte est insuffisant pour payer la formation.

Comment fonctionne l’abondement ?

L’abondement est déclenché si le solde du compte est insuffisant pour payer la formation. Le montant de l’abondement peut être de 100% du reste à payer dans la limite de 1 000 € par dossier de formation. L’abondement de l’État n’est pas exclusif d’un abondement par un autre financeur ou le titulaire lui-même.
Une fois l’abondement proposé, la personne peut ensuite l’activer au retour de la proposition de l’organisme de formation et son montant est calculé en fonction de son besoin. Les abondements viennent toujours en complément des droits acquis annuellement.

 

c2rp-cb-visuel-cb7-cartouche.jpg

c2rp-cb-visuel-cb7-cartouche.jpg, par sabrina

Découvrez notre espace dédié au contrat de branches n° 7
"Numérique, industries de la communication, cybersécurité"

Négociés avec les différentes branches professionnelles, les contrats de branches envisagent les plans d’actions économiques et de formation les plus adaptés aux enjeux spécifiques de développement des différents secteurs d’activité.

Haut de page